L’empereur Frédéric II confirme un acte de 1219 dans lequel il précisait les coutumes et droits de la ville de Molscheim. – Archives d’Alsace, site de Strasbourg, G49 [151NUM238]. © Archives d'Alsace - Strasbourg

Les origines des villes d'Alsace, ou du château à la ville.

Mardi 15 mars à 17h.

Si Strasbourg, qui n'a jamais eu de château, s'appelait Straß-burg, c'est que le mot burg, avant l'apparition des châteaux forts, désignait une enceinte, et c'est cette enceinte qui, du XIIIe au XVe siècle, définit la ville.

Les 70 ou 75 "villes" de l'Alsace médiévale ont toutes une muraille, mais beaucoup n'ont à nos yeux rien d'urbain (Goersdorf, Beinheim, Bergbieten ...). Une vingtaine d'entre elles sont nées d'un château fort, auquel elles doivent leur origine. Rares sont celles qui ont connu un véritable essor (Haguenau, Thann); la plupart sont restées pauvres en éléments de centralité, si ce n'est que beaucoup d'entre elles étaient des centres administratifs, car leur château était le siège d'un bailli. A la Révolution, beaucoup sont devenus des chefs-lieux de canton, voire d'arrondissement. 

Conférence proposée par Berhnard Metz, archiviste de la ville de Strasbourg et de l’Eurométropole.

Illustration : l’empereur Frédéric II confirme un acte de 1219 dans lequel il précisait les coutumes et droits de la ville de Molsheim. – Archives d’Alsace, site de Strasbourg, G49 [151NUM238].