Pour rechercher un dénombrement ou un recensement de population

Source de première main en histoire démographique ou socio-culturelle, en micro-histoire, en prosopographie ainsi que pour l’étude d’un microcosme et de ses réseaux, les recensements s’avèrent également une source secondaire précieuse en généalogie.

En généalogie ascendante, ils permettent de renouer des fils rompus en révélant un lieu de naissance ; en généalogie descendante, ils dévoilent la composition d’une famille et permettent de suivre son évolution.

Aux Archives départementales du Bas-Rhin, dénombrements et recensements occupent, toutes périodes confondues, plus de 400 mètres linéaires ; ils représentaient, avant leur mise en ligne le 30 mai 2011, environ 2,5 % des communications de documents originaux.

Accéder aux documents en ligne

 
Pourquoi dénombrer ?

Le mot recensement vient du latin censere, qui signifie « estimer, juger ». A l’heure actuelle, le terme désigne le dénombrement officiel et détaillé d’une population donnée. C’est d’ailleurs là sans doute la différence essentielle avec le dénombrement : la prise en compte individuelle. Le dénombrement, comme son nom l’indique, est le compte d’une population donnée.

Nominatif et exhaustif, le recensement s’inscrit dans la continuité des dénombrements, généralement parcellaires et statistiques. Leurs finalités sont cependant identiques, qu’elles soient administratives, financières ou militaires. Il s’agit d’une opération d’utilité publique destinée à organiser la vie sociale.

La pratique est ancienne : le premier recensement attesté a été effectué en Chine, il y a plus de 4 000 ans. Le recensement effectué en Judée sous Quirinus, gouverneur de Syrie, est resté célèbre car de nombreux historiens s'accordent pour y voir le recensement évoqué dans l'évangile selon saint Luc (2,2), au moment de la naissance de Jésus-Christ.

 

Dénombrements et recensements, mode d'emploi

Pour vous guider dans votre recherche et dans votre consultation des documents, les Archives départementales vous proposent une fiche d’aide à la recherche, "des dénombrements de feux aux recensements de la population". Vous pouvez télécharger cette fiche sous la forme de quatre fichiers PDF (lisibles avec Adobe Reader) :

 

Pour aller plus loin - XIXe siècle

 

Communicabilité des listes nominatives

Par dérogation au code du Patrimoine et en application à l'article 6 de la loi du 7 juin 1951 relative à l'obligation, la coordination et le secret en matière de statistiques, peuvent être librement consultées, à des fins de statistiques publiques ou de recherche scientifique ou historique, les listes nominatives établies par les maires à l'occasion des recensements généraux jusqu'en 1975.

L'exercice de ce droit d'accès ne s'accompagne pas du droit de réutilisation des données, notamment à des fins commerciales.

Le texte de l'arrêté, en date du 4 décembre 2009, est paru au Journal Officiel n°288 (p.21505). NOR: MCCC0925768A

Orientation bibliographique

Les références à droite renvoient à la cote de l’ouvrage aux Archives départementales du Bas-Rhin.


BERNARD (Gildas), Guide des recherches sur l’histoire des familles, Paris : Archives nationales, 1981, 335 p. Usuel ADBR, H°1

BLUCHE (François), Dictionnaire du grand siècle, article « dénombrement », Paris : Fayard, rééd. 2005, p.454-456. Usuel ADBR, A°49.

BELY (Lucien), dictionnaire de l’Ancien Régime, article « population du royaume de France », par Jean Pierre POUSSOU, Paris : PUF, rééd. 2006. Usuel ADBR, A°51.

DUPAQUIER (Jacques), Introduction à la démographie historique, Paris : Gamma, 1974, 120 p. ADBR, 8°2287.

KINTZ (Jean-Pierre), Paroisses et communes de France, dictionnaire d’histoire administrative et démographique, Bas-Rhin, Paris : 1977. Chapitre 2 : « dénombrements à l’époque de l’Ancien Régime » (p. 13-19) ; chapitre 4 : « dénombrements à l’époque contemporaine » (p. 25-32). L’ouvrage comprend tous les relevés par paroisse ou commune. Usuel ADBR, B 16/1.

KINTZ (Jean-Pierre, sélection d’articles de), Regards sur l’histoire de l’Alsace. Hommage de la fédération au professeur Jean-Pierre Kintz, Strasbourg : Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace, 2008, 578 p. Notamment : « le dénombrement alsacien de 1723. Un mythe ? », p. 195 et suivantes. ADBR, 8°5779.

LE MEE (René), Les Sources de la démographie historique française dans les archives publiques : XVIIe-XVIIIe siècles, Paris : Bibliothèque nationale, 1967, in-8° (24 cm). ADBR, 8°2273.

LIVET (Georges), « Les intendants d’Alsace et leur œuvre », in Deux siècles d’Alsace française, 1948, p.131. ADBR, Rev 290/2.

MARIOTTE (Jean-Yves), Les sources manuscrites de l’histoire de Strasbourg, t.1 : des origines à 1790, Strasbourg, 2000, p. 119 à 132. Usuel ADBR, B°26.

WERNER (Paul), recherches sur la démographie en Basse Alsace au XVIIIe siècle, 1966
ADBR, 4°1515/1 et /2.

WIEBACH (E.), Beiträge zur Kenntnis der Volksdichteänderung im Unter-Elsass von 1723-1910, Tubingue, 1912, 103 p., nombreuses cartes. ADBR, 8°1553.

 
  logoCG67