Fonds indisponibles jusqu'à l'emménagement rue Dollinger

 

 

 

Un déménagement partiel, pourquoi faire ?

Les Archives départementales ont dû libérer, pour le 1er mars 2010, une des trois ailes du bâtiment, qui abrite 10 kilomètres linéaires de documents. Le « Cardosi », du nom de l’architecte qui a conçu cette extension des Archives, en 1970, a été vendu à la Bibliothèque Nationale et Universitaire de Strasbourg, qui y projette des travaux à compter du 1er trimestre 2010.

Une solution temporaire de stockage a donc dû être trouvée pour 10 km de documents à externaliser.

 

Quels critères pour le choix des collections momentanément externalisées ?

Or, compte tenu de leur caractère unique et par là-même, de leur préciosité, les documents d’archives ne peuvent pas être conservés n’importe où. Le lieu le plus adéquat est ...un dépôt d’archives !

Il a donc fallu, d’une part, identifier les documents autres que des archives conservés aux Archives (bibliothèque, lois et ordonnances publiées…) et, d’autre part, définir les archives pouvant éventuellement être externalisés momentanément.

Cet arbitrage, douloureux, s’est appuyé sur plusieurs critères :

  • le document sert-il à faire valoir un droit (prouver sa citoyenneté ou faire valoir une retraite, par exemple) ?
  • si oui, ce droit est-il reportable dans le temps ?
  • existe-t-il un double du document (en commune pour le cadastre, par exemple) ?
  • ce fonds est-il particulièrement fragile, ancien ou remarquable (chartes du Moyen-âge, par exemple) ?
  • ce fonds est-il fréquemment consulté par des chercheurs ?

Les réponses à ces questions ont permis d’identifier les documents pouvant partir et le lieu de conservation temporaire le plus adéquat (critères de sécurité, notamment).

La bibliothèque, les lois et ordonnances publiées, produites entre 1790 et 1870 (série K), le cadastre (sous-série 3 P), ainsi que certains versements postérieurs à 1870 (séries AL, D et W) sont temporairement conservés à l'extérieur.

Les chartes, l'état civil, les fonds anciens et modernes ne quittent pas les locaux actuels. Les fonds contemporains sur lesquels travaillaient des chercheurs, notamment universitaires, au moment de l’arbitrage (juillet 2009) restent également conservés rue Fischart.

 

Où les documents vont-ils et comment le transfert des documents a-t-il été concrètement organisé ?

Avant le 1er mars 2010

Légende:

  • Jaune : refoulement (déplacement des documents à l’intérieur du site des Archives départementales)
  • Vert : transfert (déplacement des documents vers un lieu de conservation extérieur aux Archives départementales)

 

A compter du 1er mars 2010

 

Quelles incidences pour les usagers ?

Des dispositions importantes ont été prises, afin de limiter le plus possible la gêne pour les citoyens et les chercheurs.

Les communications de pièces dont les usagers peuvent avoir besoin pour faire valoir leurs droits (justice, fiscalité, propriété foncière) sont maintenues et les versements les plus demandés - ou dont la valeur probante est la plus forte - restent conservés rue Fischart pour limiter les délais et la gêne pour les usagers.

Les fonds contemporains sur lesquels travaillaient des chercheurs, notamment universitaires, au moment de l’arbitrage (juillet 2009) restent également conservés rue Fischart.

 

 
  logoCG67